De moi à vous

A la rencontre de Prague et de Kundera

L’insoutenable légèreté de l’être est un de mes livres fétiches. Il me parle et continue de le faire à chaque lecture. J’aime cette idée d’une légèreté qui s’appréhende dans la difficulté.

Je pars à Prague, trois jours, rencontrer Kundera, sentir les lieux où il a écrit son roman, les vivre, m’en imprégner. ( Je mets des photos en dessous au fur et à mesure )

C’est mon dernier voyage en solo, je n’ai plus le goût des vacances seule, je suis désormais toute entière dans la partage .

Pour ce dernier voyage seule, j’ai choisi d’aller à la rencontre de la littérature Tchèque, tout devient plus facile quand on sait ce qu’on va chercher . Je me sens dans la curiosité, je cherche la trace. ET puis j’aime tant le baroque …

 » Thomas se disait : coucher avec une femme et dormir avec elle, voilà deux passions non seulement différentes mais presque contradictoires. L’amour ne se manifeste pas par le désir de faire l’amour (ce désir s’applique à une innombrable multitude de femmes) mais par le désir du sommeil partagé (ce désir-là ne concerne qu’une seule femme)  » L’insoutenable légèreté de l’être. Milan Kundera

Dominique Mallié

20 commentaires

  • Laurence

    Quelle belle ville que Prague ! Je suis depuis quelques mois votre blog Dominique et j’aime tout : vos sujets, votre style d’écriture, ce zeste de mélancolie, cette puissante joie de vivre. Aussi si vous êtes seule à Prague comme vous l’étiez à Rome, c’est , et c’est là la psychologue que je suis qui parle, parce que les hommes seuls de votre ( notre ) âge sont des idiots, ils ne savent pas ce qu’ils veulent, terrorisés par la peur de vieillir, incapables de se remettre en cause dans leur fonctionnement, ils accumulent depuis des années les mêmes échecs et continuent imperturbables leur route, sans se poser aucune question, ne se pensant en rien responsables de quoi que ce soit, mais toujours victimes, dans le regret de leurs histoires passées et le complexe d’Oedipe toujours pas résolu. Prenez un amant plus jeune que vous, du bon temps, et profitez de ces belles années ! Et n’attendez rien de ces rabats-joie qui vous pompent votre belle énergie et vivent par procuration. Conseil de femme mais pas seulement !

    • sophie

      Mais vous avez tout à fait raison Laurence, les hommes encore  » sur le marché  » à 60 ans sont ceux dont personne n’a voulu, ou qui répètent inlassablement les mêmes erreurs. On sait toutes qu’un homme après une séparation a beaucoup de difficultés à vivre seul, donc ceux qui se retrouvent tous les trois ans ou moins à nouveau célibataires sont à fuir absolument, incapables de se fixer durablement pour cause de nombrilisme aigü… de manque d’intérêt réel pour la femme qu’ils tiennent dans leurs bras. Il leur faut une femme, valorisante de préférence, avec du charisme, qui avance dans la vie, et très vite ne pouvant avoir de l’ascendant, ils deviennent infernaux à vivre provoquant la rupture . Ce ne sont pas des clichés, je le vois autour de moi très souvent et l’ai vêcu également avant de rencontrer l’homme avec qui je suis mariée aujourd’hui mais qui était, alors, quand nous nous sommes rencontrés, marié, qui a divorcé pour m’épouser quelques mois plus tard;.

    • Antoine

      Je dois reconnaitre que cet idiot je l’ai été et qu’au prix d’une vraie reconsidération de ce que je vivais et faisais vivre aux femmes  » de ma vie « , j’ai complètement changé d’attitude et ai compris beaucoup. Nous sommes loin là du voyage de Dominique mais c’est bien aussi que la discussion existe en marge. Bon après-midi Mesdames !

      • Dominique

        Merci Antoine, personnellement je ne vois pas qui que ce soit comme un idiot, mais je comprends ce que cette lectrice a voulu dire. C’est parfois tellement dommage que les hommes manquent de persévérance et d’amour finalement, de tolérance. Cette impossibilité à considérer l’autre pour ce qu’il est et non comme un être fantasmé, j’en ai aussi vêcu l’expérience. On ne peut se battre contre des moulins à vent et sur le fond je suis assez d’accord avec ce qui est dit. Prague, oui, c’est beau et un peu mélancolique

  • Elisabeth

    Oh, tu pars à Prague ! La chance ! Une des villes que j’aimerais visiter et qui est sur la « liste » des endroits à découvrir absolument. Et avec la piste d’un auteur à suivre, c’est encore plus fascinant ! Profite bien, Dominique ! 😊

  • SHUBERT83

    Beau séjour Dominique ! J’ai un souvenir d’émerveillement dans Prague et comme toi j’adore le baroque. 😘🥰😘

  • annnelaure

    Nous arrivons de Prague mon mari et moi… beau voyage , une ville un peu mélancolique et tellement belle ! Dommage que vous soyez seule, c’est une ville à visiter main dans la main 😉

    • Dominique

      Mélancolique comme souvent les villes de l’Est… j’aime beaucoup ce mot mais surtout j’aime le baroque , je mettrai les mains dans les poches 🙂

      • Chaveton Isabelle

        J’ai adoré « L’Insoutenable Légèreté de l’Etre »et bien aimé « L’Immortalité » de Kundera. Je te souhaite de belles balades ds Prague que je ne connais pas et comme toi, je n’ai plus envie de voyager seule…. Bon séjour à toi, bises

        • Dominique

          On est partagé entre le plaisir de voir d’autres choses, d’autres villes, d’autres pays et le désir de partage. Mais bon, on ne va pas se priver de circuler et de vivre 🙂 merci Isabelle, des bises

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :