De moi à vous

Chat GPT vous écrit

J’ai confié la rédaction de ce billet à l’intelligence artificielle ; la mienne, bien réelle, étant occupée ailleurs, une manière de vous faire patienter : une petite histoire à lire en attendant que je revienne. Vous me direz, j’ouvre les commentaires. merci !

Ah oui ; le sujet était  » Ecrire une histoire d’amour dans une maison de retraite »…. A l’heure où le pays vieillit à grande vitesse, c’est une jolie éventualité qui nous attend donc le sujet m’a semblé cohérent. Et puis on aime les histoires qui finissent bien, donc la consigne était  » une histoire d’amour qui finit bien  » même si dans ce genre de lieu on se doute de la fin !

C’est mièvre et convenu, mais bon, ça fera l’affaire 🙂 Entre clichés et aphorismes.

Il était une fois, dans une petite maison de retraite, deux personnes qui semblaient destinées à se rencontrer. Jean, un homme charmant de 82 ans, et Marie, une femme élégante de 78 ans, vivaient tous les deux leurs dernières années de vieillesse dans cet endroit paisible.

Jean était un ancien professeur d’histoire à la retraite, toujours passionné par l’apprentissage et la découverte de nouvelles choses. Marie, quant à elle, était une ancienne ballerine, dont le visage rayonnait encore de grâce et de beauté.

Tous les jours, Jean et Marie se croisaient dans la salle commune, partageant des tasses de thé et échangeant quelques mots. Ils sentaient une connexion spéciale, une complicité qui grandissait lentement au fil des conversations. Leurs prénoms étaient les seuls noms qu’ils retenaient de leurs rencontres, mais cela ne leur importait guère. Le véritable lien était leur profonde affection l’un pour l’autre.

Un après-midi, pendant une activité de jardinage, Jean prit le courage de prendre la main de Marie et de la regarder droit dans les yeux. « Marie, je ressens quelque chose de spécial lorsque je suis en votre compagnie. Voulez-vous être ma compagne dans cette dernière étape de notre vie ? », murmura-t-il doucement. Marie, émue, répondit avec un sourire radieux : « Jean, je ne pourrais souhaiter rien de mieux. Je serai honorée de partager cette aventure avec vous ».

Les jours qui suivirent furent remplis de moments d’amour et de tendresse. Jean et Marie partagèrent leurs histoires, leurs rêves et leurs souvenirs, créant ainsi de nouvelles expériences ensemble. Ils se promenaient main dans la main dans les jardins de la maison de retraite, savourant chaque seconde comme si c’était un cadeau précieux.

La salle commune, autrefois silencieuse, était maintenant animée de rires et de sourires. Les résidents de la maison de retraite commencèrent à remarquer la belle et touchante romance entre Jean et Marie. Certains se sentirent inspirés par cet amour tardif et décidèrent de retisser des liens d’amitié perdus.

Au fil du temps, l’état de santé de Jean commença à se détériorer. Marie était à ses côtés, lui tenant la main et lui offrant un soutien inconditionnel. Il sentait sa présence rassurante et aimante, qui le reconfortait dans les moments difficiles.

Un matin, Jean s’éteignit paisiblement, entouré de l’affection de Marie et de l’amour de tous ceux qui l’avaient vu aimer et être aimé. Marie, alors âgée de 82 ans, se sentait à la fois triste et reconnaissante pour les années merveilleuses qu’ils avaient passées ensemble.

Marie vécut encore quelques années, remplissant chaque journée de souvenirs de Jean et de leur amour extraordinaire. Elle continuait de partager son histoire avec les résidents et le personnel de la maison de retraite, propagant ainsi les leçons d’amour, de romance et d’espoir à travers les générations.

Jean et Marie, unis même dans la mort, ont laissé un héritage d’amour et d’inspiration qui perdurerait bien au-delà des murs de cette petite maison de retraite.

19 commentaires

  • Dominique

    Merci à toutes et tous pour vos commentaires. J’avais fait d’autres essais, notamment « écrire à la manière de … » plus probants mais quoi qu’il en soit on ne sent pas l’individu dans l’écriture, ça reste formel et peu intéressant, sans profondeur

  • Thierry PICHON

    Compte tenu de la situation de notre pays, j’aurais posé une autre question: Ecrire une histoire d’amour dans une maison de retraite dans le but de repeupler la France. 😜

  • G.D

    Nous y voilà ! Résultat peu concluant. Je préfère de loin votre prose et que vous ne soyez pas dans l’écriture de ce genre de niaiseries . Dieu merci. Je vous embrasse.

    • François Vr.

      Bonne idée Dominique que cet exercice auquel vous vous êtes prêtée…on nous rebat tellement les oreilles avec cette IA…

      Et aussi vous dire que vos derniers articles quant au féminisme et à la sororité, j’ai trouvé que c’était vraiment intéressant. Je ne vais pas entrer dans le détail ici mais votre analyse est fine et pertinente.
      François

  • Pierre

    Eh bien c’est assez pitoyable et comme vous le dites convenu. On retrouve çà et là des références à d’autres contes . Merci Dominique pour cet exemple ! Pierre

    • Cathy

      Quelle bonne idée ! On se rend compte des limites de l’IA du moins dans le narratif. Merci Dominique ! Bonne journée ma belle ❤️

        • Patricia Humot

          L’IA pour du narratif c’est en effet niveau collège ou alors peut être faut il entrer le niveau ou à la manière de…dans les « consignes ». Je crois que pour le scientifique c’est bcp plus parlant et efficace. Merci pour l’essai Dominique. Je préfère de loin vous lire, vous !

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :