De moi à vous

Comme je t’imagine vient à vous …

Il faut que Comme je t’imagine voit le jour parce que c’est un beau livre.

Tout a bien commencé, je sais que vous allez être là même si vous tardez un peu à participer à présent qu’on a largement dépassé la moitié, voire même les trois quarts, car vous manquez de cet enthousiasme, que vous êtes un peu abattus ou las, négligents, ou simplement occupés ailleurs.

Comme je t’imagine vient à vous, aujourd’hui, au travers de ces courts extraits, de ces histoires qui naissent comme ça, ou saisies comme ça aussi et que je vous laisse imaginer … on vous attend sur Ulule ( bonne lecture !) https://fr.ulule.com/comme-je-t-imagine/

  • Moi aussi, j’aimais déjà beaucoup tous ses gosses, le plus jeune deux ans quand même et l’ainé 15. Evidemment niveau études, il ne pouvait pas trop se la jouer.

 Comme quoi, parfois on pense que les couches c’est fini, et puis non, la vie t’attend au tournant.

  • Daniel, je l’aimais bien. Je ne serais pas sortie avec lui, même si on avait été dans ce truc-là, à cause du sang chez lui, des carcasses pendues, des lapins écorchés, des poules sans tête, des steaks hachés aussi, impossible

  • Il griffonne des trucs sur la serviette en papier avec la pointe de son couteau, insiste jusqu’à faire un trou. Il a quelque chose qui ne tourne pas rond.

  • C’est possible de crever de soif, entre Casa et Rabat, au 21ème siècle ?

  • Il faut qu’on le retienne encore un peu, avec cette main qui est revenue sur la nôtre, avec ce petit sourire qu’il a à présent. Une sorte de récréation qu’on vient de lui offrir. Il demande à aller aux toilettes.

Vite on se met un peu de rouge.

  • Alors là ! Une fois passe, mais trois fois, il faut croire que j’ai des ennemis, c’est ce que me dit Pierre. Des ennemis ? Avoir des ennemis est une hypothèse assez invraisemblable pour ce qui me concerne. Je ne vois pas pour qui je serais assez importante pour qu’on me prenne en ennemie. En amie, je vois, mais ennemie, non.
  • Pendant ce temps le vieux s’éloigne, pour sillonner encore, exclu de la conversation. Il va se ratatiner quelque part peut-être, s’enrouler et mourir, là, sur la plage puisque personne ne veut lui parler.
  • Il a une  » conversation plate comme un trottoir de rue « . C’est ce que pense peut-être sa femme en l’écoutant, sorte d’Emma Bovary.

 Il m’arrive souvent de trouver que la vie fait écho à la littérature.

%d blogueurs aiment cette page :