Un peu de moi

Comme un frémissement…

Bien sûr que il faudra mettre ces horribles masques, bien sûr qu’il faudra continuer à respecter une  » distanciation sociale « , bien sûr que des choses ne seront plus comme avant cette période et que d’autres arriveront, bien sûr que tout le monde se souviendra de ces deux mois passés chez soi, entre les quatre murs pour ceux qui sont en appartement, un peu plus au large pour les autres, bien sûr qu’il faudra veiller à ce que tout ne recommence pas, être prudent, vigilant…


Il n’empêche que bientôt, même si on ne peut faire plus de 100 kms, on pourra reprendre le travail de façon à peu près sécure, on pourra aller voir nos familles, peut être pas les serrer dans les bras, encore que …, on pourra sortir sans autorisation, dans cette liberté là toute neuve, on pourra fouler l’herbe, pousser des pierres du pied dans les sentiers des Alpilles, passer voir une amie à l’improviste, plus tard : boire un verre en terrasse le matin, l’après-midi, le soir, déjeuner dehors et diner aussi, on pourra partir tôt le matin pour sentir le jour se lever en plus de le voir, se dorer au soleil, plus tard : s’alanguir sur les plages, plus tard : retourner au ciné, au théâtre…

Tout cet avant auquel on ne prêtait pas si attention, si ritualisé qui deviendra l’exception pour un temps avant que de nouveau on s’habitue.


Et déjà chez moi, il y a comme un frémissement :


Les pivoines, deux magnifiques bouquets, qui embellissent le salon parce que le fleuriste a enfin réouvert, les repas moins moroses, les projets qui commencent à se faire jour : oh pas pour tout de suite, mais on sent que ça va venir. Les balades qui deviennent, une heure par jour, plus systématiques, comme pour s’habituer de nouveau à parcourir les rues, les jambes qui veulent se dégourdir, tout le corps qui veut se dégourdir, se sortir de l’immobilité, d’une sorte de torpeur, les nouvelles auxquelles on s’accroche moins, une forme d’insouciance qui pourrait réapparaitre, une insouciance neuve, plus consciente.


Ce futur on a envie de l’écrire, on veut ignorer le conditionnel.
On y croit et c’est peut être ça l’essentiel, une croyance qui pointe en des jours plus joyeux, une paix même relative retrouvée, le sentiment de se retrouver soi.


Comme un frémissement ….

Et pour commander Voyage en Ménopausamie, chroniques de la cinquantaine débridée, c’est par là : Mallie.dominique@orange.fr ou dans la partie  » Message personnel  » du blog qui vous est dédiée … merci ! 🙂

25 commentaires

  • Elisabeth

    Bonjour Dominique. J’ai beaucoup aimé ton dernier article: « Et demain…Pensées du soir ». Je partage ton ressenti. En ce qui concerne la « reprise » scolaire, je trouve cela totalement absurde et très risqué. Les parents attentent avec une certaine anxiété que leurs enfants soient pris en charge. Mais le stress des enseignants et de tous les personnels qui s’occupent des locaux scolaires n’est pas pris en compte… Je plains tous les enseignants qui vont devoir acquiescer à cet « ordre »… J’en aurais été tout à fait incapable… Quand au frémissement de cette « liberté » retrouvée avec le déconfinement, il est cette faible lueur dont je parle dans mon dernier article (et premier billet « humeur ») sur mon blog, cependant , il sera emprunt de prudence… Je te mets le lien direct, si tu veux le lire (car tu n’es pas abonnée, me semble-t-il, tu n’as donc pas les notifications, et comme mon téléphone portable est en panne, j’ai juste pu publier quelques lignes sur FB; je n’ai plus ton numéro de tél, car il est dans mes contacts, et je ne peux rallumer mon tél; détails prosaïques…)
    Lien:
    https://myoldblog.fr/2020/05/10/le-11-mai-2020-que-restera-t-il/
    Prends bien soin de toi et de ton fils. En espérant te voir en des jours meilleurs. Si tu veux m’appeler sur mon fixe, avec plaisir. Bises***

  • Marie

     » L’insouciance est le sentiment qui puisse inspirer notre vie et ne pas disposer d’arguments pour se défendre  » F.Sagan. Je crois que vous aimez beaucoup Françoise Sagan, Dominique; Oui,l’insouciance,on a hâte d’en trouver de nouveau une certaine forme, pas celle de enfants non celle comme vous le dites, plus consciente. Et ce ne n’est pas un oxymore que cette insouciance consciente ! Bon dimanche ma belle …. Marie

    • Dominique

      Oui, c’est ma nature mais il faut dire que je peine à revenir sur le bateau … 🙂 merci pour cette phrase de Sagan et cette attention, je connaissais en effet. Je pourrais rédiger tout un billet sur Sagan d’ailleurs, c’est une idée, d’autant que j’ai découvert ces dernières semaines une autre Sagan au travers d’émissions sur France Culture. Merci Marie, bon dimanche à vous également

  • Sylvie

    Il y a une chanson qui commence par  » bien sûr »…. Plusieurs fois et puis ensuite  » en attendant »…. Ça vous parle Dominique 😘

    • Dominique

      oui, ça me parle … c’est une chanson d’amour des années 80 je pense …  » mais en attendant mes lèvres ont gardé le goût de ta peau.. bien sûr que je n’en mourrai pas , avant lui je vivais, que je n’en mourrai pas, j’existerai assez, le temps effacera, le temps efface tout …  » etc… je la connais par coeur. J’étais très midinette dans les années 80 🙂

  • Raoul Di Gorgio

    Une délivrance, relative certes mais une délivrance …. Un scenario que nous aurions difficilement envisagé . J’aime beaucoup tous vos articles, merci Madame, et bon dimanche :

  • Lionel

    Je souhaite que la vie vous sourit Dominique pour le reste de vos jours, vous êtes vraiment une femme magnifique

  • MarcM

    Confinée ou pas, soucieuse ou pas, vous êtes toujours ravissante avec cette petite mélancolie qu’on perçoit chez vous entre les mots. On a envie de vous connaitre ….en vous lisant et vous voyant

  • Dominique

    Merci Juliette, nous faisons, mon fils et moi, l’effort de nous habiller tous les jours, d’être présentable l’un pour l’autre, ça participe à rendre la vie plus agréable. De même en ayant un appartement à présent nickel et bien rangé . Bonne fin de soirée à vous !

  • Sophie

    Bonsoir Dominique, merci pour ces phrases qui me touchent tant je partage ce que vous ressentez. Nous arrivons au bout de cette période, avec un peu de chance, dramatique que nous avons vêcue. Comme le dit un de vos lecteurs,les derniers jours sont les plus longs mais c’est pour le bien de tous. J’adore les pivoines également et ce que je vois de votre intérieur ( au sens propre et figuré, mais vous le savez … ) Bonne soirée à vous …

    • Dominique

      Merci Sophie pour tous vos commentaires et votre fidélité à mes écrits … Les pivoines sont vraiment des fleurs que toutes les femmes aiment. J’ai une petite théorie qui vaut ce qu’elle vaut sur ça : elles sont plus belles lorsqu’elles vieillissent… Théorie qui m’arrange bien 🙂 Bonne fin de soirée également !

  • Julien

    Beau texte Madame, vous dites bien ce que nous ressentons … doux sourire pour accompagner vos mots ! Prenez soin de vous ….

    • Dominique

      Oui Lydia, on y croit . Je me suis mise au tarot depuis quelque temps et l’avenir devrait être plus radieux ( pas de mal en fait 🙂

  • Isabelle

    Bonsoir Dominique je suis ravie que vous nous laissiez écrire un commentaire, je me languissais de trouver la place de le faire . Je vous remercie pour votre blog, de grande qualité tant dans l’écriture que la mise en forme que ce que vous laissez deviner de vous. Vous nous faites du bien, vous nous faites parfois nous questionner, parfois vous nous faites sourire. On se languit de vous lire, je me languis de vous lire. Je me suis donc abonnée pour ne rien rater de vos écrits. Je vous félicite, car par delà la prof de lettres, on sent une femme sensible et on s’attache aussi à vous. Voilà, merci encore . Bonne soirée,que cette fin de confinement se passe au mieux pour vous et les vôtres. Isabelle

    • Dominique

      Merci Isabelle pour tous ces mots gentils. Je prends beaucoup de plaisir aussi à écrire. Le plaisir est toujours communicatif. J’ai beaucoup plus écrit pendant ce confinement car évidemment j’avais plus de temps mais aussi le besoin de le faire, je suis ravie que mes billets trouvent leur lectorat. C’est d’autant plus satisfaisant que mon deuxième livre est en cours de mise en page et devrait voir le jour les mois qui viennent. Un projet qui malgré les aléas de la vie me tenait à coeur. Bonne semaine également à vous avant une relative liberté.

  • Simon

    Comme dans un voyage les derniers kilomètres sont les plus longs. Beau texte Dominique. Une belle personne….

  • Anne

    Comme c’est joliment dit ! Quelle douceur dans vos mots et votre visage. Merci. Cette dizaine de jours va encore être longue mais comme vous le dites : on y croit ❤️

    • Juliette

      On en a besoin en effet ! Ça devient difficile de garder le moral. Joli texte qui traduit bien ce que nous ressentons et…. Jolie femme dans une jolie robe 😏

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :