De moi à vous

Comment ratatiner un MONSTRE

J’écoutais ce matin sur BFMTV, une interview de Yannis Ezziadi qui a eu l’idée d’une tribune cosignée par une cinquantaine de « personnalités » du «  MONDE«  du cinéma quant à la médiatisation d’une vidéo où Gérard Depardieu se montre d’une vulgarité qui dépasse tout entendement.

Vidéo qui ne pouvait échapper à qui que ce soit, tant elle inonde en ce moment Internet.  

Donc Yannis Ezziadi, comédien, journaliste dont pour ma part je n’ai jamais entendu parler (je suis pourtant cinéphile), demande à des gens du « METIER », qui ont cotôyé ou côtoient DEPARDIEU d’affirmer haut et fort combien c’est quelqu’un de bien, juste quelqu’un de bien et non un MONSTRE .

« C’est en tant que GEANT du cinéma qu’un torrent de haine se déverse sur sa personne ».

« MONSTRE, GEANT » …. qu’on arrête de nous gaver avec ces termes qui n’ont aucun sens, en dehors d’un imaginaire de mauvais aloi ici.

Tous ceux qui n’ont pas signé cette tribune ont eu peur, aux dires du journaliste, de perdre leur métier.

EH BIEN …

Côté perte de mon métier, je suis tranquille, je viens de prendre ma retraite de prof de lettres et de philo.

C’est donc en spectatrice que j’écris, en tant que femme, mère, grand-mère, être humain.

Quel est le rôle de la presse ? Créer de la polémique, faire du buzz, de l’audimat, accroitre le lectorat, informer accessoirement.

En tant que prof de philo, je me suis toujours passionnée pour le langage.

Depardieu insulte dans cette vidéo, tournée en Corée du Nord, dans un club hippique, non seulement les femmes, les fillettes, mais la France toute entière.

Ce MONSTRE ne serait rien sans nous, spectateurs, sans la France qui lui a donné sa chance de se faire un nom dans un milieu artistique.

Qu’est-ce qui a pu motiver ces mots qu’il a eus, si on cherche une excuse (mais la justice fera son travail)

  • Le fait de se penser non compris. Souvent à l’étranger quand on ne parle pas la langue on se permet des blagues sur les uns et les autres, il paraît.
  • Une sexualité défaillante mais débordante. On sait que ceux qui parlent beaucoup de sexe sont ceux qui le pratiquent le moins.
  • Un « je m’enfoutisme » de ce que les autres peuvent penser eu égard au fait qu’il se sent au dessus de la mêlée en tant que MONSTRE 
  • Un homme saoul ? Un Rabelaisien anachronique ? 
  • Ezziadi affirme dans sa tribune que Depardieu fait «  des blagues gauloises ». Je n’avais pas cette image des Gaulois mais il est vrai que je n’étais pas née au temps de la Gaule.

Alors l’objectif de cette tribune, qui est mienne, est de donner la parole aux spectateurs.

Soyons beaucoup plus que 56 à partager pour dire notre honte de voir un acteur français, porté aux nues par les spectateurs français, en France et à l’international, salir l’image de la culture française, salir les femmes intentionnellement, salir une fillette.

Disons « NON » à la vulgarité, la grossièreté , l’hypersexualisation, la surenchère de la sexualité dans l’espace public

Disons « OUI » à l’élégance, la distinction, la délicatesse.

Partagez cette tribune pour dire votre dégoût et votre indignation.

Faites la tourner sur tous les réseaux sociaux.

Merci

Dominique Mallié

( Pour finir je citerai Blanche Gardin que je n’apprécie pas toujours mais qui disait lors d’une cérémonie que tout le monde connait : « Peut-on séparer l’homme de l’artiste? C’est bizarre cette indulgence qui s’applique seulement aux artistes. On ne dit pas d’un boulanger : ’oui c’est vrai, il viole un peu des gosses dans le fournil, mais bon, il fait une baguette extraordinaire’ ».)

%d blogueurs aiment cette page :