De moi à vous

Faire confiance à la vie.

Difficile de se mettre dans cette posture du lâcher prise, de vouloir infléchir les choses, les gens, de s’abandonner au temps, aux minutes, aux heures, d’essayer de se raccrocher au présent, d’y trouver du plaisir, de s’adonner à ce qui fait plaisir.

J’ai cette chance d’être douée pour le bonheur. Je crois profondément que certains passent leur temps à se morfondre, se complaisent dans des postures de morosité, de râlerie, sarcasme, désillusion. Bien sûr que le monde va mal, très mal même mais qui sommes nous ? Minuscules particules d’un grand tout, vouées à disparaitre. Avons nous réellement le temps de nous laisser aller aux tracas de nos existences ? Devons nous pour autant épouser le chaos du monde ? N’est ce pas de notre devoir que de faire du bien autour de nous, de faire confiance à la vie ? De nouer de belles relations amicales qui nous font du bien, nous tirent vers le haut ? De croire en nos possibilités de rendre notre entourage heureux, d’être attentifs aux autres dans une communication saine et sans faille ? D’appeler ceux qui hésitent à le faire voire n’y songent même pas ? De dire et redire encore à ceux qu’on aime qu’on les aime, de s’adonner à des activités qui nous élèvent ? De ne pas nous plaindre si nous avons encore un bout de santé ? Qu’importe l’âge si on est toujours désirant, qu’importe les blessures qu’on sait que le temps effacera ? La vie ne nous a t’elle pas appris que tout s’oublie, que tout peut se pardonner pour peu qu’on veuille communiquer dans le vrai, sans peur d’être jugé. N’est il pas temps, la soixantaine passée, à l’âge où on va plus souvent aux enterrements qu’aux baptêmes, de laisser de côté nos peurs, nos vieilles rancunes, notre passé parfois douloureux, de scier les chaines de nos boulets, d’avancer, de se moquer du regard des autres, de nous voir tels que nous sommes : imparfaits certes car vivants, maladroits parfois. Mobilisons nous sur ce qui va, plutôt que se cogner le nez sur ce qui ne va pas. Pratiquons l’indulgence, gage de toute relation humaine saine. Plaignons ceux qui restent coincés dans leurs certitudes, leurs ressassements, leurs vieilles rancunes, prisonniers. Ouvrons notre coeur à ce qui est beau, ceux qui sont beaux (pas physiquement), apprenons à regarder autour de nous, faisons de chaque commencement un motif d’être heureux : le jour qui commence, un amour qui nait, un enfant qui pointe le bout de son nez dans l’univers, un livre qu’on ouvre, un regard neuf sur une oeuvre, une balade qui commence dans un sous-bois, un voyage qui s’annonce, une maison à ouvrir, un déjeuner à préparer . C’est dans les commencements que se niche le bonheur. Tous les commencements, tous les recommencements, ce cycle là, celui de la vie. Vivons au mieux cette dernière partie de notre vie, protégeons nous de l’agressivité, fuyons le mensonge, les faux semblants, les reproches biaisés ou non, rions de nous, faisons la paix avec notre histoire de vie, il n’est plus temps de s' »empéguer » dans le passé. Prenons des risques, soyons fous de nos petites folies, osons être heureux, nous engager et faisons confiance à la vie qui nous le rendra. Sachons voir l’essentiel, ce qu’est notre essentiel. Osons encore l’amour, tomber amoureux, sans peur de se faire du mal, c’est tellement merveilleux que d’être deux, dans cette confiance là. Osons les amitiés nouvelles, soyons curieux de tout, entreprenons de nouvelles activités qui nous épanouissent, relativisons, soyons aimables et souriants. Faisons de chaque jour une promesse. Ne perdons pas pour autant notre lucidité et notre conscience, tout est compatible pour peu qu’on en ait le désir.

Faisons confiance à la vie. C’est mon credo.

20 commentaires

    • Jean pierre Bressin

      Merci pour cette foi en l’existence et ce bel élan qui est le vôtre. J’ai tout de même remarqué que passé 70 ans on est dans le renoncement. Il y a là vraiment une page qui se tourne et la finitude qui se fait sentir. Hélas. Jean pierre

  • Val

    Faire un petit pas de côté et considérer les choses autrement. Tant qu’on a la santé, des enfants qui vont bien voire des petits enfants, des amis avec lesquels partager, des centres d’intérêt, des projets et des désirs….alors oui il n’est pas temps de se plaindre. Il faut oser à tout âge. Merci Dominique. Bonne journée !

      • Eric

        Voilà qui me plait beaucoup, ces injonctions à profiter des moments. Beaucoup de lucidité, de clairvoyance dans ce billet. Vous êtes une très belle personne Dominique, en sus d’avoir un vrai talent d’écriture. On aimerait vous compter parmi nos amis. Bonne soirée. Eric

  • Antoine Paret

    Ça vaut la peine de veiller un peu tard 🙂 Je vais m’endormir sur vos mots qui sonnent si justes ❤️

    • Patrice Bulley

      Vous m’avez fait un bien fou après une journée compliquée. Oui l’important est de se mobiliser sur ce qui va bien et de considérer nos priorités. Merci pour cette formidable mise au point

      • Bertrand75

        Belle philosophie de vie d’une femme intelligente, charmante et attachante. Que la journée vous soit douce . Bertrand

      • Christine

        Très beau et très juste.
        Merci pour ces mots qui font écho. Le monde a besoin de positivité.
        Amitiés,
        Christine

      • Simon

        « la légèreté est belle quand elle est liée à la profondeur ». Cette citation de Jean d’Ormesson vous va bien.

        • Pierre-André

          Je ne connaissais pas cette citation de Flaubert que vous posez en exergue. Nous devenons en effet si peureux avec l’âge devant toute forme de nouveauté tout en la désirant. Nous sommes des êtres de contradictions et les premiers à en souffrir comme vous le dites dans un autre billet. Il nous faut OSER . Il est temps 🙂

  • Paul

    Quelle vision saine vous avez de la vie et des relations aux autres Dominique, que ce billet fait du bien …merci ! Paul

    • M.pierre

      C’est vrai qu’il est plus facile de gémir contre tout, d’accumuler reproches et médisances, s’attarder sur ce qui va mal, ressasser que de s’ouvrir et de changer son angle de vue. Nous en avions parlé il y a peu. Même si il n’est pas facile de vieillir. Il faut se secouer et ne pas laisser passer les opportunités. Bonne journée ma belle. Marie

      • Samy

        En effet comme vous le dites si bien, difficile de s’extraire d’une actualité aussi dramatique. Que faire ? S’investir corps et âme dans l’humanitaire, la politique ? Ou oeuvrer à notre échelle pour un monde meilleur? Vous prenez depuis toujours ce pari et je crois qu’il est sage. Samy

        • Vero

          Et soudain un éclat de rire, une pépite dans la grisaille du quotidien. Merci ! Bonne soirée chère blogueuse

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :