De moi à vous

La princesse qui aimait (trop) les mots.

Depuis toujours j’écris des histoires pour les enfants, les miens quand ils étaient petits, les autres quand les miens ont grandi. C’est la première fois que je rends publique une de ces histoires. Je la dédie à tous les enfants, aux adultes qui ont su garder une âme d’enfant. Je recherche une illustratrice pour compléter un futur album. ( Si vous en avez une sous la main, faites moi signe) Je la dédie celle-ci à ma petite fille chérie en cette période de NOEL.

A Celeste


C’était une princesse qui ressemblait vraiment à une princesse. Elle avait les cheveux doux, la peau douce et un joli regard qui rigolait toujours et surtout elle aimait passionnément les robes et le vernis à ongles. Elle aimait aussi beaucoup les mots et les phrases. Parfois elle inventait des histoires qu’elle se racontait le soir dans son lit et même il lui arrivait de s’enregistrer parce qu’en plus elle avait une jolie voix.


Quand elle était seule dans sa chambre, elle s’asseyait à son bureau et elle faisait des lignes de mots, des centaines de lignes de mots compliqués comme  » sympathique »,  » rythme  »  » spaghetti »,  » anchoïade » ou même  » anticonstitutionnellement  » qui à lui seul prenait presque toute une ligne.


Comme elle était occupée tout le jour à écrire tous ces mots et les histoires, elle ne pensait pas du tout à tous les princes charmants, chevaliers etc… qui venaient demander sa main sauf pour retourner leurs prénoms, ce qui était vraiment rigolo. Ainsi le prince Marcel faisait « calmer » tout retourné ou le prince Luc …mais là, c’était pas très poli 🙂


Parfois les mots sortaient de leurs lignes, s’enroulaient au dessus des feuilles de papier, se baladaient dans la pièce et ça faisait un drôle de remue-ménage et puis ils retombaient et comme ça « aimer » devenait « marie » , ou encore « manoir » devenait « romain », « chien » devenait « chine » … et c’était chaque fois un émerveillement pour la princesse de voir que les mots n’en faisaient qu’à leur tête pour peu qu’on les laisse libres.


Alors forcément elle ne pensait guère aux princes charmants sauf pour les mettre à l’envers.


Dans le royaume, le bruit courait qu’il y avait une bien jolie princesse au château mais que tous les princes s’étaient cassé les dents devant ses moqueries . Quoi ? ils ne connaissaient pas ou tel mot ? Elle leur tournait le dos aussitôt avec une petite pirouette gracieuse, car gracieuse, elle l’était jusqu’au bout de ses ongles rouges vifs.


Il arriva ce qui devait arriver :

Un prince qui répondait au doux nom de Otto se présenta à la porte du château et demanda à parler à la princesse (Avant il avait passé un coup de fil à son père, le roi, qui était OK)

  • Faites le entrer – demanda la princesse qui se dit que Otto à l’endroit ou à l’envers restait toujours Otto.
  • Alors Otto qu’avez-vous à me dire ? Je vous écoute fit la princesse qui était en train de jouer aux devinettes, le dos tourné.
  • Princesse, je suis venu vous demander votre main, fit tout à trac le Prince qui n’avait pas la langue dans la poche ni un cheveu dessus.
  • Alors là, quel culot ! – s’écria la princesse en se retournant enfin et là elle vit un prince qui était pas mal du tout et fut surprise et rouge d’un coup – Vous m’épatez !
  • Je vous épate ? Patte de mouches-mouches à miel- miel de Narbonne-bonne d’enfants-enfants de troupe-troupe de ligne-ligne de chemin de fer-ferrugineux-noeud de cravate-va-t’en faire fiche-fiche de consolation-scions l’arbre de Noël-aile de poulet-lait de vache Bretonne … Le prince commençait à s’essouffler parce qu’il avait dit tout ça sans reprendre sa respiration et devant les yeux tout arrondis de la princesse.
  • Mais comment savez-vous que je suis Bretonne ? Demanda la princesse qui n’arrêtait pas de s’étonner et qui était en train de tomber amoureuse.
  • Euh…. ( le prince n’avait pas non plus réponse à tout) et dans le même temps il fouillait dans sa poche et en sortit un tout petit bout de papier
    J’ai préparé pour vous ces quelques vers, un message y est caché ….
    • A la fontaine de votre cœur
      Mon cœur las se désaltère
      Où maintenant s’ouvrent des fleurs
      Un jour il n’y aura que poussière
      Restez auprès de moi ou je meurs

Voilà : Marie je vous aime et je veux vous marier !

La princesse qui en effet s’appelait Marie, en laissa tomber sa dernière devinette et ne sut donc jamais que la réponse était « Pour ne pas le confondre avec le père Noël « .
Mais quelle était la question de la devinette, Princesse Marie au fait ?
Princesse Marie ??? Vous m’entendez ?


Chuuuuttt!!! Ils sont en train de s’embrasser…

Dominique Mallié

Merci à Brigitte Romain qui a bricolé un petit montage sympa sur youtube à partir de mon histoire :

https://www.youtube.com/watch?v=lEcNI6n8smk&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2AQR1sxCtMBlCx1qeim1K3arVBRTVJ1IOLFxmIiyz9ApBCbhDLzL1ZUpI

%d blogueurs aiment cette page :