Un peu de moi

Le jour où je suis tombée amoureuse d’un marin

Parfois dans la vie, souvent d’ailleurs, on s’attend à une chose et c’est une autre qui apparait.
La mer, je la connaissais de la plage, j’y trempais mes pieds, au mieux jusqu’à la taille, je faisais attention à ne pas mouiller mes cheveux à cause des brushings, un joli hâle finissait par arriver.

C’était le but en fait.


Et puis, voilà, cet été je suis tombée amoureuse d’un marin. Décidément, comme dit ma mère qui s’y connait en ma matière  » Tu nous les feras toutes ! « .
Avec un marin, le problème est qu’on sait quand il part mais jamais quand il revient. Car voilà, le vent parfois joue des tours, se cache, voire disparait et là le marin est en rade : Génois et grand voile enroulés, le mat s’étire vers le ciel, nu comme un vers*, ou à contrario le vent souffle trop fort ou mal, de travers, par bourrasques, un peu essoufflé en fait et là le marin a du travail : il tire des bords, il s’agite entre la proue et la poupe, il enroule, il déroule


J’ai vite compris que mon grand amour avait besoin que je me mette au vocabulaire de la marine pour m’initier à ce sport que j’adorais de loin, jusque là, de la plage, un peu comme Victor Hugo qui parle  » des voiles au loin » ( hep mes élèves : là c’est une métonymie, bref ) et pour cause : j’avais le mal de mer, mais ça c’était avant…


Donc, je me suis plongée dans le lexique maritime qui réserve bien des surprises, je vous en mets en vrac quelques uns de ces termes, on va dire « originaux  » :
Garcette de ris , non ce n’est pas une recette de cuisine qu’on aurait faite avec des abats
Bande de ris !, pas une insulte,
Cuningham, ou Cuni, mais rien de sexuel
Point d’ecoute, pas un reproche formulée à la manière du 17ème, donc sans accent et sans point d’exclamation
Trinquette, pas un truc d’alcoolique
Patte-d’oie rien qui signalerait les années et se corrigerait avec un bon lifting
Pataras pas une onomatopée
Moustaches, rien de poilu
Mini-transat, pas un fauteuil pour une seule fesse ou mini-moi
Lof pour lof, pas un synonyme de dent pour dent ou une expression corse propre à la Vendetta
Lofer, hou ça c’est bon : il faut agir sur la barre, rapprocher l’ AXE du voilier vers le lit du vent ( définition empruntée à  » Voiles et Voiliers « , je précise car j’en vois qui déjà s’imaginent un double sens ) Là on voit que j’ai arrêté de lire les magazines de mode pour me mettre à niveau.
Lover J’adore : Mettre en ordre un cordage en l’enroulant, le contraire existe ( on le sait tous d’ailleurs ) : délover ( moins sympa, on déroule, on déroule et là il y a des tas de choses qui remontent à la surface quand on déroule et qui s’éloignent de soi pour plonger dans les profondeurs de la mémoire après qu’on ait beaucoup pleuré )


Bref, on en est pas là. Pour l’heure je love. La voile et le marin.
Parfois le bateau gite, parfois ça tangue, parfois les vagues passent par dessus bord, parfois le voilier est encalminé, alors on embosse, on prend l’échelle de bain et on se jette à l’eau ou bien on descend dans une cabine et sous le hublot, avec les étoiles enfin toutes là, on s’aime avec mon Capitaine.


C’est comme ça,la voile .

* : Oui, vous lisez bien  » nu comme un vers  » car la voile est infiniment poétique ; ce mat, ce serait comme un vers nu qui s’élancerait vers le ciel et qui resterait à écrire, un alexandrin, un décasyllabe, un octosyllabe même …

Dominique Mallié

16 commentaires

  • David

    Le beau marin a donc réussi à gagner votre coeur ! Bravo à lui. Ceci étant, j’ai des amis qui naviguent, des voileux il va sans dire, et ce sont toujours de belles personnes, dans l’équilibre, l’anticipation. Affronter la mer est une gageure et on découvre là beaucoup sur soi. Je vous souhaite une belle histoire, jolie dame… A très vite de vous lire !

    • Dominique

      En effet David, ce milieu des marins, parfois en solitaire, parfois dans des régates oblige à une certaine discipline de vie et une forme d’assurance et d’équilibre comme vous le dites un peu comme les gens qui pratiquent l’alpinisme. Le contact avec la nature est toujours très enrichissant, on apprend sur soi dans un milieu qui peut vite être hostile. J’aime les univers différents du mien, quels qu’ils soient en fait. Et puis c’est un tel plaisir que de plonger du bateau … Merci David , à bientôt !

  • Sophie

    Madame amoureuse, changement de nom du blog, nouvelle tonalité, nouveau logo, voilà beaucoup de changements dans un été, et je passe le lexique qui s’ouvre à l’inconnu. Bravo ma belle d’être aussi dans la vie, toujours un grand plaisir de vous lire ! C’est donc bien la rentrée ! 🙂

  • Cécile

    En effet, Dominique, cela fait partie des jolies surprises de la vie qui gomment les moins bonnes ou du moins les font passer au second plan. Ah les doubles sens des mots, tout un poème ! Merci de nous revenir en forme dans vos écrits et bon courage pour votre rentrée ! Au plaisir de vous lire encore et encore !

    • Dominique

      Bonjour Cécile, oui, très amusant de découvrir tout un nouveau lexique, complètement hermétique pour l’heure, dans son sens propre, mais jouer avec les sens figurés : un régal ! Merci, la rentrée s’est faite sans trop de difficultés . A bientôt !

  • Sapiens

    Et bien ça booste ! Avis de tempête dans le ciboulot.
    L’univers de marin n’est pas le plus facile à appréhender. Comme tu l’as si joliment décrit le langage est très particulier, quasiment ésotérique. Impossible d’utiliser des mots courants comme « corde » sans passer pour un pecnot. Ma carrière de marin se limite à mousse: celui qui tire et qui pousse, celui qui obéit car illettré de la grammaire marine. Dans l’étape 2 de ta formation, si tu navigues dans les eaux britanniques, tu verras que ceux-ci, contrariant comme d’habitude, inversent les bouées de port: la verte est rouge et la rouge est verte.

    Mon marin type, c’est Tabarly. Un gars exceptionnel, mais pas un rigolo. Mais ils ne sont pas tous comme ça il parait.

    Bon, et l’amour dans tout ça? Si toi tu pénètres l’univers du marin, j’attends de savoir comment le marin se met à la philo ou à l’écriture. (peut-être nous le raconteras-tu ?). Pas facile non plus ….

    • Dominique

      Hello,  » corde  » en effet, il faut l’oublier vite fait. Il s’agit d’être précis, car on a pas le droit à l’erreur dans certaines circonstances, j’imagine. Je n’en suis pas à découvrir de nouvelles terres, il est prudent le marin ! Pour l’instant, il ne m’amène qu’au large pour me baigner. Etape par étape ! 😉 Tabarly en effet, ce que j’en connais était une forte personnalité… Fascinant ! Le marin à la philo et à l’écriture ? Je ne pense pas, chacun son domaine, en revanche, je lui fais des lectures de mes textes 🙂 Bises, à bientôt de tes nouvelles !

  • Vincent

    Quelle chance il a ce marin de vous avoir aussi amoureuse et drôle et touchante et qui sait si bien dire les choses !

  • Elisabeth

    Coucou Dominique ! Alors, la sortie en mer, c’était ça ! Je me disais bien, aussi…! Dominique est partie faire une recherche de vocabulaire spécifique, aux risques et périls d’avoir mal au cœur, de se prendre les pieds dans les cordages qui attachent, de voir son horizon tanguer, et de finalement trouver ancrage et découvrir où se lover quand arrive la marée basse… Toi qui hélais « Hé ho » du blog, ton appel a été entendu ! Bon vent, moussaillon ! ⛵

  • Lili

    Bon vent Dominique ⛵que la traversée t apporte un bonheur aussi vaste que les océans 🌊 et ne passez pas trop près des 40 ème rugissants😉

  • Aurélia Wlk

    Comme quoi , aimer Ç est aussi tomber dans le monde de l autre … Je t avouerai que depuis le papa de ma fille( dentiste ) , les fraises ne sont pas que des fruits … Depuis un sous officier , un placard n est pas forcément un meuble …. Depuis un photographe , un bulb(e) n est pas une fleur … Et , Je sais qu on peut faire des  » run » en moto… Bref ….. Ç est en tout cela qu on  » grandit  » avec nos histoires d amour aussi .. Je regrette tout de même que la réciprocité n ait pas été au rendez vous me concernant …. En tous cas , ça te va très bien de te jeter a l eau jolie sirène 💋🌹

    • Dominique

      Tu vois Aurélia, j’ai toujours penser que aimer c’est arriver dans un univers, entrer dans l’univers de l’autre et réciproquement, s’ouvrir vers d’autres perspectives. On grandit là en effet dans la relation… MERCI !

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :