De moi à vous

Nous sommes des êtres de contradictions ?

« Je crois que la vie EST contradictions, il faut les assumer avec une certaine hauteur, avec élévation, ne pas essayer de jouer avec des intrigues « . Jean d’Ormesson


Oui, Jean d’Ormesson me semble avoir raison, il ne nous reste qu’à nous débrouiller avec nos contradictions mais surtout à cesser de les justifier devant les autres.
On me reproche parfois des voltes faces de surface, des comportements inadéquats avec mon mode de pensée mais pour autant tout me semble pour ma part parfaitement unifié puisque tout cela me constitue.


Agit-on toujours en fonction de ce que l’on pense ?


Je voudrais perdre deux, trois kgs. Il en va là d’une silhouette vers laquelle j’aimerais tendre et pourtant je continue de m’empiffrer tous les matins d’un capucino débordant de chantilly.
Je voudrais devenir fine cuisinière, pour rester sur cette question du rapport à la nourriture, j’ai une carte de fidélité chez Picard.
Je me rêve voyageuse, bourlingueuse à travers le monde comme une ado, sac à dos et pouce en l’air, je ne me déplace qu’en première classe et séjourne dans des hôtels chics.
Je voudrais avoir comme Picsou une montagne d’or à la banque, ou plus modestement des comptes épargnes bien fournis et je continue à penser que ma vie est UNE et que donc il me faut profiter de ce que je gagne plutôt que thésauriser.
J’aimerais me coucher plus tôt et je m’accroche jusqu’à point d’heure aux séries Netflix.


Suis- je seule dans mes contradictions de surface et celles plus profondes, celles que je tais ?

Est-ce finalement assez commun d’avoir dans le même mouvement une pensée et son contraire ?

Chercher ses bras là et les fuir ?

S’engager pour une cause pacifiste et être chez soi un tyran domestique ?


Simone de Beauvoir qui a été une pionnière pour le féminisme ne s’est-elle pas affichée comme une femme dans une demande amoureuse forte au point de nier en elle ses grandes théories féministes, dans sa relation passionnelle avec Nelson Algren, au point de se faire enterrer avec l’anneau de Nelson Algren au doigt alors qu’elle a passé sa vie près de Sartre ?
Ce militant écologiste qui fume, des cigarettes roulées certes, est-il pour autant un traitre à sa cause ? Flaubert qui voyage beaucoup alors qu’il déteste les voyages pour se conformer à une mode de l’époque ? Houellebecq qui aime le bon vin et la bonne chère alors que tout en lui exprime le dégoût de la vie? Les politiques ? Mon père qui continue de chasser et donc de tuer alors même qu’il persiste à dire qu’il aime les animaux ? Cette bavarde qui cherche en fait à dissimuler sa timidité ? Mon besoin compulsif de robes alors que mes placards sont ( presque ) pleins ? Mon goût pour la procrastination et dans le même temps ma panique de voir que je n’ai rien fait ?
Nos comportements, nos modes de pensées tiraillés entre théorie et pratique, idées et faits sans que finalement on n’en soit plus troublés que ça !
Notre inconscient à l’origine de nos comportements comme un magma de forces contraires ?
L’humain pétri de contradictions ? Un tel qui ne jure que par la fidélité à l’extérieur et ne fait que tromper son épouse ( on peut aussi écrire  » une telle  » )
Qui, au final, peut se vanter d’avoir des principes et de s’y tenir ? Le bourreau, lui même, n’avait -il pas une vie de famille ?
Nous vivons nos contradictions car nous les ignorons la plupart du temps, nous nous manipulons en toute bonne foi, nous trouvant des excuses, nous justifiant même à nos propres yeux.


Fermons les yeux et restons dans une relative ignorance de nous-mêmes pour continuer à mener une existence paisible, soyons indulgents avec nos incohérences, c’est là le gage d’une vie paisible. Ou bien, amusons nous d’elles puisque c’est là notre essence, puisque le  » noyau dur  » de notre personnalité semble ne pas exister, c’est le parti que j’ai pris pour ma part tant pour ce qui me concerne que ce qui concerne les gens que j’aime.


Et vous, pataugez vous également dans vos contradictions ?

16 commentaires

  • david

    Mes contradictions je les aime, même si elles me jouent parfois des tours et me font faire des détours… merci Dominique pour cette réflexion pleine de bonne humeur. Toujours réjouissant de vous lire !

  • Cécile

    Voilà qui en effet, comme le dit un précédent lecteur donne à penser. Je suis comme vous toujours pleine de contradictions et cela m’embrouille un peu la tête parfois, rend compliqué les choix de vie… super article et j’ai adoré aussi le précédent à propos de la grotte Chauvet que je connais bien . Bonne soirée !

  • jérôme

    Merci Dominique de nous offrir des contenus aussi divers, drôles parfois, parfois légers, parfois plus denses, toujours bien écrits et qui font mouche !

  • virginie

    En effet, nous le vivons chaque jour , on rêve ça, on pense ça , on se retrouve à faire exactement l’inverse, ou penser une chose et son contraire le lendemain. Je crois aussi qu’en vieillissant on perd ses certitudes, ce qui me semble plutôt intéressant au final, donc on ballotte un peu mais le cap est bien visible car on accepte ça de soi .. Merci pour cette réflexion si riche de sens …

  • Sapiens

    La recherche de cohérence à tout prix me parait aussi dangereuse que le recherche de pureté. Des idéologies totalitaires se sont appropriées la recherche de pureté et on sait ce que ça a donné…

    La recherche de cohérence est aussi dangereuse car il est impossible de ne pas avoir de contradictions dans la vraie vie. Notre bloqueuse préférée présente de nombreux exemples, sans parler des questions concernant l’environnement.
    Mes exemples: être contre la mondialisation et acheter des tee shirts à 3 euros, consommer un avocat bio, mais qui vient du Mexique. Idem pour les bananes. Des exemples à la pelle….
    Néanmoins on peut observer ses propres contradictions à la lumière de quelques valeurs qui dessinent les tendances qu’on veut suivre: ne plus rien jeter? réduite mon empreinte carbone? me tourner vers les autres? faire la part du Colibri?

    Choisir et s’approprier des valeurs restent le meilleur moyen d’assumer et de réduire ses propres contradictions. Les assumer est plus sûr que les dénier pour bien vivre, assurément. Donc je suis tout à fait d’accord.

    • Dominique

      Oui, je suis tout à fait d’accord, avoir des valeurs et s’y tenir; les contradictions sont humaines . On ne peut avoir un chemin de pensée linéaire suivi d’actes en cohérence, on dévie parfois par méconnaissance, parfois par facilité, parfois tout simplement car l’humain est changeant, pense différemment d’un moment à l’autre ou prône des idées auxquelles il ne peut ou ne veut adhérer. Il faut plutôt voir ces contradictions inhérentes à l’humain comme une dynamique, des éléments qui s’ajoutent pour former qui nous sommes. Prenons l’exemple du vélo, comme une métaphore de nos vies, il veut tomber d’un côté ou de l’autre ( nos contradictions), nous le maintenons en pédalant ( nos valeurs de vie), dans une trajectoire.

  • catherinesentimots

    vaste sujet. Notre unicité est diverse, rien ne se perd, rien ne se gagne et tout se transforme ! Contradiction ou impermanence ? Aussi longtemps qu’on garde le respect de soi et de l’autre….
    Allez-vous lire mes billets de temps en temps ? votre retour me ferait grand plaisir !

    • Dominique

      Merci Catherine, j’aimerais tout lire, je réserve pour les vacances car le temps m’avale dans trop de travail ici et là et les choses de la vie… Je vais le faire !

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :