De moi à vous

Qu’est ce qu’on se poil !

Vous voulez changer un truc fort dans votre vie? Je parle pas de boulot, de déménagement, de maternité, mais noooon, simplement de vous laisser pousser les poils !

Voilà un puissant levier « d’ Empowerment », de réconciliation avec soi-même. Vous vous demandez peut-être si ça va traîner par terre, de quelle couleur ils vont être, si ça gratte, comment ça va se passer quand ils vont se dresser en pleine chair de poule…

Curieuses et fascinées par cette décision, éloignées enfin de cette violence que représente le rasoir ou même la cire brûlante, vous voilà toutes ébaubies par ce nouveau grand projet.

Avant vous aviez déjà fichu vos soutifs à la poubelle, et sentir vos seins balloter sur votre ventre avait été une grande jouissance de tous les instants.

Bref...

Le collectif « Liberté, Pilosité, Sororité« , créé au Québec en 2018, tout comme « Mailpoils » en 2017, ou encore « Januhairy » ont été autant de « signes » que vous étiez sur la voie, celle sereine du collectif.

Foin du glabre !

Vous êtes courageuses. Moustache au vent, vous voguez dans la jungle urbaine, descendantes avérées du singe, et désinguez les diktats machistes.

Beaucoup de poils ? Tant mieux, il faut du visible car avoir du poil c’est comme parler plus fort, prendre plus de place. Vous requestionnez votre moi intime, déconstruisez la binarité des genres.

En libérant votre corps, vous réalisez combien le poil est vivant.

Il croît en vous.

Vous sentez enfin l’air dans vos poils et même si les assumer en public va être un peu long, tenez bon, car vous êtes des guerrières !

Il est même possible que vos compagnons, vous voyant aussi épanouies, fassent de même. Ô joie que de se caresser enfin dans le sens du poil !

Alors : poils pour toutes et toutes à poils ?

Dominique Mallié

Pour commander Voyage en Ménopausamie, chroniques de la cinquantaine débridée, un petit mail suffit à Mallie.dominique@orange.fr avec votre adresse postale en échange d’un chèque de 18 euros ( 15 Euros le livre et 3 le port ) . Dépêchez vous, il m’en reste peu de la réédition. Merci !

%d blogueurs aiment cette page :