De moi à vous

Vermeer, le dedans du dedans…

Depuis quelque temps, quelques jours, une passion, s’est re-réveillée en moi ( comme quoi les histoires d’amour ne sont jamais finies ) pour Vermeer.

Un fort intérêt au point d’y passer tout mon temps libre.

La peinture Hollandaise du 17ème siècle globalement mais quand on prend la pelote, il faut alors tirer un fil et c’est Vermeer qui est venu et tant mieux d’ailleurs.

Et notamment la peinture de genre ( intérieurs domestiques ) et  » Tronches  » ( ce qu’on appelait  » tronches  » à cette époque n’avait rien d’insultant : des visages saisis dans une expression )

Les intérieurs de Vermeer, peintre converti au catholicisme dans ce milieu largement protestant de l’époque, sont peints à l’aide de la  » chambre noire  » ( à laquelle Vinci s’était déjà intéressé ) mais là où Vermeer est à part, c’est qu’il va mettre la lumière sur une surface qui ne peut la réfléchir, s ‘appropriant ainsi la lumière pour la déposer là où il veut qu’elle soit ( une croute de pain par exemple ) et non, là où elle pourrait être ( surface lisse réfléchissante ) , donnant ainsi à la lumière un côté mystique .

Les intérieurs de Vermeer sont aussi des fenêtres ouvertes sur des paysages qu’on ne voit jamais. Tout renvoie à l’intérieur de la maison.

D’où le  » DEDANS DU DEDANS  » du titre de cet article. Vermeer nous montre des personnages dont on ne saisit pas vraiment le regard ou bien si c’est le cas ( comme  » La jeune fille à la perle  » ) le regard du personnage ouvre sur une sorte d’abime intérieur. Bref, dans un cas, comme dans l’autre, on EST dans le personnage. Ainsi en est-il de la  » Dentellière « .

Ses portraits peints au pinceau fin sont paradoxalement assez flous. Pourquoi ce flou ? Pourquoi ce peintre, connu à son époque ( on faisait le détour à Delft pour visiter son atelier) ne vendait-il pas ses tableaux ? En quoi sa conversion au Catholicisme a-t’elle influencé son oeuvre? En quoi est-il différent dans le traitement des sujets des peintres protestants de l’époque ? Et tant d’autres questions sans réponse.

Décidément passionnant en plus de révéler tant de douceur et de mystère dans ses toiles.

Une lettre d’amour ou de rupture ? A l’origine Vermeer avait peint un Cupidon à la place du rideau mais sans doute a-t’il jugé cela trop explicite.
Là où on voit ce que la Dentellière voit : le fil et non son regard ( dedans du dedans)

On aimait beaucoup ce genre de tableau  » à énigmes  » au 17ème et au 18ème siècle, bien loin du Réalisme, étiquette dont on continue à les affubler pourtant. De fait, ils nous racontent une histoire et se donnent à déchiffrer, il faut  » regarder, regarder, regarder  » comme dit l’historien d’art Daniel Arasse

12 commentaires

  • Sophie

    Super article sur Vermeer que j’adore de même que toute l’école Hollandaise. Il y a en effet comme le soulignent Aurélia ou Sapiens, beaucoup de mystères autour de ce peintre. Vos remarques sur ses tableaux sont tout à fait passionnantes et donnent envie de se replonger dans son oeuvre disséminée un peu partout, dans différents musées. Je trouve chouette aussi que vous arriviez à fédérer vos lecteurs et lectrices autour de vos articles. Beau travail ! Bravo Madame !

    • Dominique

      En effet, dès qu’on se penche sur un artiste, son oeuvre, sa technique, sur les détails des tableaux, tout devient intéressant. La peinture notamment est sujette à énigmes, nous ne sommes pas assez attentifs aux détails . Je pense que c’est quelque chose qui s’apprend : regarder et non voir. Mes lecteurs ( et lectrices ) participent, c’est juste , de plus en plus. Cela correspond à l’idée que j’avais d’un blog et ce que je voulais faire du mien. Un espace éclectique où je peux à peu près librement m’exprimer et un espace de communication pour qui veut bien apporter sa voix au sujet lancé. Je suis très heureuse que tout ça prenne forme. J’en suis à près de 40000 vues depuis l’ouverture du blog , je ne cherche pas le nombre mais j’aime être lue évidemment, sinon à quoi bon ? Merci Sophie, bonne soirée !

  • christine berger

    Merci pour ces renseignements sur Vermeer. J’étais au Pays Bas en août et, si j’avais lu votre article, je me serais plus intéressée à ce peintre… Il est vrai que ses tableaux étaient pris d’assaut par les touristes et que donc, on avait tendance à vouloir fuir ces gens agglutinés uniquement occupés à prendre des selfies devant la Jeune Fille à la Perle ou La Laitière ! Vous apprécieriez sans doute beaucoup un roman que j’ai lu il y a quelques mois : Bleu de Delft, dans lequel il est question de Rembrant, Fabritius et Vermeer. J’ai oublié le nom de son auteur, une Hollandaise, mais on doit pouvoir le retrouver facilement sur internet.

  • Aurélia Wlk

    Le sphinx de delf… Solitaire , silencieux , papa une une dizaine de fois …. Marchand d art , il avait fait fortune , Ç est pour cela qu il a peint uniquement  » ce qu il choisissait  » , Ç etait pas  » alimentaire  » pour lui ….. D ou une énorme liberté dans sa peinture …. Mais … Mais tu sais que ce n est pas son vrai nom ? Vermeer est un surnom en fait  » ver meer » signifie l homme de la mére ( et pas mer ) …. Son vrai nom de naissance Ç est reynierzoon je crois ………. Bref que de mystère autour de ce génie 😉💋💋💋

    • Elisabeth

      Bonjour Dominique ! Voilà un article qui me ravit ! Et qui donne envie de me replonger dans l’histoire de l’art ! Et d’aller admirer ces œuvres en vrai et in situ, si je puis dire ! Un voyage culturel, ça serait fantastique ! Et les deux commentaires précédents, fort intéressants, incitent à creuser la question ! Bon après-midi ! Bisou 😘

      • Dominique

        Merci Elisabeth, il est passionnant ce peintre, cet homme mais finalement dès qu’on s’intéresse à un artiste aussi puissant que Vermeer on se rend compte d’une vie extraordinaire d’autant que la peinture est truffée de codes à déchiffrer et pour certains indissociables de la vie de l’artiste ! OUI, un voyage me ravirait également ! bon après- midi aussi ! bisous

    • Dominique

      Non je ne savais pas du tout que ce n’est pas son vrai nom .. il existe une biographie traduite de l’américain par Daniel Arasse, je vais la commander en sus de l’autre livre recommandé par une précédente lectrice . Je sais en revanche qu’il est mort pauvre, tout en en ignorant les raisons… à suivre, Merci Aurélia

      • Wolownik

        Oui … A 43 ans …. La Hollande etait alliée avec l Angleterre … Louis XIV ne l a pas supporté et la guerre a ravagé ce pays … Le marchand d art s est vu ruiné ….

        • Dominique

          D’accord, merci Aurélia pour cette précision, je n’arrivais pas à trouver les raisons de cette pauvreté soudaine…

  • Sapiens

    Ce texte résonne en moi, car j’ai eu la chance de voir « en vrai » ce tableau en juin à La Haye. A coté des grands Rembrandt (du point de vue du format), il fait bonne figure.
    J’ai une piste chère Blogueuse philosophe pour alimenter ta Vermeer mania: Vermeer et Spinoza sont contemporains et sont même nés la même année en 1632. Ils sont mort tous les 2 autour de 44 ans. Leurs lieux: Amsterdam, Delft, La Haye. Je n’en sais pas plus sur leur éventuelle histoire commune.

    Au moins un livre et une pièce de théâtre ont été écrits en français sur Vermeer et Spinoza.

    Mummm, voilà des bons moments en perspective …..

    • Dominique

      Oui, en effet, c’est vraiment intéressant ; merci beaucoup , voilà de quoi en effet alimenter ma curiosité insatiable. Je vais regarder ce livre dont vous parlez …

Exprimez-vous !

%d blogueurs aiment cette page :